G-2MBX5K6R9T

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2022

Esprit, es-tu là ?

247273065_10221316558965862_6042109723175575091_n.jpg

Loin du fracas des Grands états,

Hors des zones de longs frimas,

Retirées du feu des médias,

Avides d’une vie sans éclat,

 

Les demoiselles de la Rochelle,

Dissimulent sous leurs airs rebelles,

Un secret de polichinelle :

Les fantômes ont bien la vie belle !

 

Tous les matins, après leur bain,

S’apprêtant à prendre leur train,

Elles s’entretiennent avec Alain,

Leur cher oncle du Cotentin !

 

Pour lui, pas une sinécure,

De réussir dans la coiffure,

Ou rafistoler les voitures,

La Mafia lui semblait plus sûre !

 

Evidemment, vous devinerez,

Gorille pour Parrain est risqué,

Une Carrière courte mais épicée,

Pas de retraite dans ce métier !

 

Mais il est temps de préciser,

Que le tonton les a quitté,

Non sans s’être d’abord délesté,

D’un p’tit pécule fort rondelet !

 

Reconnaissantes pour l’héritage,

Elles accueillent à tous les étages,

L’Esprit, un tantinet volage,

Grand amateur de babillage !

15:51 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

06/04/2022

Questions sans réponses...

Yggdrasill.png

Il est où le Nil aux alligators ?

Il est où le mil, plus précieux que l’or ?

Il est où le fil que la conscience tord ?

Il est où le cil qui voile le dehors ?

Mais où est  le chill que l’angoisse essore ?

 

Elle est où l’île-monde qui mène à bon port ?

Elle est où la ville qui a vaincu la mort ?

Elle est où la bile qui empoisonne le sort ?

Elle est où l’habile qui sait et qui explore ?

Mais où est Yggdrasil , au Sud ou au Nord ?

 

Il est où le Rif, d’où l’Ancêtre sort ?

Il est où le kiff, entre deux météores ?

Il est où l’esquif qui cache un  trésor ?

Il est où le suif qui sert aux ténors ?

Mais où est le récif broyant les remords ?  

 

Elle est où la friche où la vie s’endort ?

Elle est où la niche où gisent les accords ?

Elle est où l’affiche qui annonce les torts ?

Elle et où la triche dans le jeu des forts ?

Mais où est le Fétiche, vrai-faux doryphore ?

 

16:36 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

05/02/2022

"Sol Invictus !"

 

TN photos janvier 2018 D).jpg

Marre de l’hiver, du vent sévère, du froid au goût de fer,

Réfrigérés, givrés, de bise amère en courants d’air,

Soleil timide, couloirs humides, recoins fétides des villes,

Cieux torturés, lacs démontés, bouleaux penchés, serviles.

 

*****

Printemps modeste, change de veste, rejoins notre île gelée,

Mars : on t’implore, paré de flore, apporte tes rayons d’or,

On veut du vert, des feuilles légères, oiseaux aux chants mêlés,

Une faune qui s’éprend, beauté des éléments qui rendent fort.

 

*****

Février : pardonne donc notre faiblesse insigne,

Mois des mariés pressés et des blancheurs de cygnes,

Comprends notre désarroi, Abdique, tu reviendras,

Après la fête des rois, « Sol Invictus » fait foi !

 

17:16 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

01/12/2021

Mes Œillets de Poète !

Oeillets du poète 55.jpg

Pour la bravoure d’Hercule : de persanes renoncules !

A l’audacieux Ulysse : j’offre l’Amaryllis !

A la fine Pandore : l’Ipomée  tricolore !

Pour le bon Prométhée posent les Giroflées !

Quoi de mieux pour Œdipe qu’un bouquet de tulipes !

A l’ambitieux Jason : les Fleurs de la passion !

A l’astucieux Thésée : une gerbe d’Azalées !

Au robuste Achille : les Coquelicots d’avril !

A la belle Perséphone : quelques crocus d’automne !

Au malchanceux Icare : un méga Nénuphar !

En hommage à Orphée : une noire Orchidée !

Aux Dieux et aux Titans : tous les Pavots d’Orient !

Aux sombre héroïnes : j’offre des Vipérines !

Pour déesses ou Mortelles : une gerbe de Dauphinelles !

A vous, Nymphes muettes : mes Œillets de Poète !

17:02 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

03/11/2021

Agrumes dans la brume.

Kangourou 44.jpg

Deux agrumes dans la brume :

Je te hume, tu m’enfumes,

Je m’assume, tu t’allumes,

On écume, se déplume,

Quelles enclumes sur bitume !

 

Autonome, tu m’assommes !

Genre surhomme, je te gomme !

Quel binôme dans ce home !

De vrais mômes à symptômes ?

Où est l’Anti-Sérum ?

 

Bien maniaque, je te claque,

Oh ! L’hypocondriaque !

Tu te braques, Aïe, je craque !

Quel micmac ces attaques !

La Faute au Zodiaque ?

 

Pas d’lézard, sous les phares,

Ni braillard, ni chiard,

Un Jaguar sur perchoir !

Stopper le défouloir !

Laissons choir ces déboires ! 

 

Sans lacune, sous la lune,

Sans fortune ni une thune,

Une vraie brune ! Mieux qu’une prune !

Sur tribune opportune,

Sus aux rancunes communes !

16:06 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

22/10/2021

Nid vide...

Photos E) Janvier 2018.jpg

Elle a donné son miel, au cœur d’immensités,

Puis a froissé ses ailes sur les murs des cités…

 

Suivant les fins conseils  des bonnes entités,

Telle la reine des abeilles rêvant d’être fécondée…

 

Message dans une bouteille : elle l’avait envoyé,

Dieu donnant de l’oreille : elle fut bien écoutée…

 

Dans leur simple appareil, ils furent ainsi livrés,

Ô miracle réel qu’on nomme « maternité »…

 

C’est l’année de l’éveil pour ce coeur asséché,

Un rayon de soleil sur son âme lassée…

 

Un matin, au réveil, elle les a rencontrés,

Et a passé des veilles, assise à leur chevet…

 

Réchauffant leurs bouteilles, elle les a sustentés,

Berçant dans leurs corbeilles, ces êtres affamés…

 

Sacrifiant son sommeil aux contes empilés :

Au pays des merveilles, elle les a emmenés…

 

Sous le vieux pont vermeil, les beaux jours ont coulé,

Personne ne surveille, ces horloges  surannées…

 

Endormie sous la treille, elle n’a pas vu passer,

Le temps, telle une corneille, éloignant ses bébés…

 

16:58 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

15/10/2021

Coupables ?

ailes d'ange.jpg

Coups minables du destin.

Coups redoutables non feints.

Cousus sur les fronts d’airain.

Coulis bus à même le sein.

Couleuvres mues par leur venin.

Coupables de tout et de rien.

 

******

 

Points de croix octogénaires.

Poings de moines atrabilaires.

Poisons dans le sang et l’air.

Poignards se disant sincères.

Poinçons de vieux séminaires.

Poids de fautes imaginaires.

 

*******

 

Sacrifices forts pour te plaire,

Dieu rancunier de nos mères,

Aime-nous dans nos faiblesses,

Jusqu’au cœur de nos vieillesses !

Rends donc fort à nos consciences,

Que l’enfance est innocence !

16:13 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

25/08/2021

Le Gaulois "réfractaire".

Ancestry.jpg

Sa Province est une île.

Dans les branches de ses pins :

Un souvenir de villes,

Qui s’arrêtent en chemin.

 ****

Sa région vaut de l’or,

Car au creux de ces monts,

Son petit peuple s’endort,

Loin des temples de béton.

****

Son Canton fleure le blé,

Loin du tumulte, il veille,

A faire lever la paix,

Dans son beau pain de miel.

 ****

Son village le protège,

Du chaos des grands soirs,

Des capitales en sièges,

Des autocrates barbares.

****

Son bourg est une cellule,

Qui résiste aux assauts,

Des progressistes nuls,

Des tendanceurs  sots.

****

Sa campagne est nature,

Prés des terres millénaires

Elle berce et rassure

Le Gaulois "réfractaire".

15:08 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

18/08/2021

Le Palimpseste perdu.

palimpseste 33.jpg

Le Palimpseste de Pimprenelle,

A provoqué, pire que la peste,

La panique des papes et des popes.

Mais que prédisent donc ces papelards,

Aux prédicateurs et pochards ?

*****

Parfois, pourtant, pointent les pros :

Persistants et pathétiques,

Le populo poursuit ses poux,

Et l’aristo nourrit ses sous,

Tel un prurit de pipistrelle.

*****

Pimprenelle, pâle et perplexe,

Pratique la presse pessimiste,

Prédit un polar passéiste,

Pronostique un Thriller poli,

Prévoit de pitoyables piges…

*****

Sous ces papiers pie, la passion !

Tant de poses de prédilection,

Pour prouver à ses partenaires :

(Pénurie de neurones en place).

Que cette prose est pure et pieuse !

*****

Pardon aux parchemins perchés !

Ces mots parachèvent le procès

Des pantins précieux et parés,

Péripatéticiennes peintes,

Et procrastinateurs pansus…

15:52 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

22/07/2021

Chatons mignons ?

Chatons33.jpg

Dans les yeux jaunes de Miss Ambry,

Une petite pincée de folie !

Sur n’importe quoi, elle bondit !

 

Ebony observe : elle conspire,

Tapie dans l’ombre, prête à surgir !

Silhouette de charme, faite pour rugir !

 

De la vigueur, des griffes : quels sbires !

Gare aux objets qui risquent le pire !

Gaffe aux rideaux : elles les déchirent !

 

Aïe aux doigts, aux pieds qui transpirent !

Planquez tout, ensuite on respire…

Mais stop : Il ne faut pas médire !

 

Boules de poils ou de…dynamites !

Fraîches idoles, mordants hoplites !

Ces p’tits félins frôlent le mythe.

 

Nous : paparazzis de salon,

Croquons leurs bouilles, en pamoison !

Craquons pour ces poses de lions !

 

Ca y est, c’est sûr : on est addict !

Fouchtra, ne soyons pas si strict !

Mais le gâtisme : c’est le verdict !

 

00:01 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

16/06/2021

L’enfant-Pourquoi ?

d_tapeti2_l.jpg

Dans ces yeux noirs, il y a …

L’étonnement d’être ici-bas !

 

Dans le tableau, il y a …

Une petite fille qui crie « c’est moi » ! 

 

Sur cette photo, il y a …

Une enfant qui ne comprend pas !

 

Sur cette bouche, il y a…

Un univers de « Pourquoi ? »

 

*******

 

Dans ces regards, il n’y a pas …

La confirmation de leur choix !

 

Dans ces égards, il n’y a pas …

L’authenticité de leur joie !

 

Dans ces gestes, il n’y a pas …

La légèreté de leur emploi !

 

Dans ces silences, il n’y a pas …

L'autorisation d’être soi ! 

15:46 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

13/01/2021

R.I.P Shali-Chat...

leonor-fini-chats-040.JPG

Pas une plante qu’elle ne mâche,

Quelqu’un entre : elle se cache,

Elle craint fort qu’on se fâche,

Trop sensible, pas bravache !

******

Chahutée, supportée, pouponnée,

Enlacée, câlinée, embrassée,

Secouée, bien serrée, adorée,

Déguisée, observée, admirée !

******

A peine plus lourde qu’un rat,

Ce minuscule puma,

Vive comme un chinchilla,

Un Q.I. pour la « Mansa »,

Rayée, rouillée de la voix,

C’est bien elle : c’est Shali-Chat !

******

En cette fraîche soirée hivernale,

« Cinq petits kilos » de peluche,

A l’improviste, s’est fait la malle,

On se sent nigaud voire nunuche :

La nouvelle nous plombe le moral,

Perdus sans notre coqueluche !

******

Gageons qu’au paradis des chats,

Elle trouvera l’ange adéquat,

Qui saura bien lui faire la fête,

N’oubliant guère d’être délicat,

Tout en admiration muette !

16:27 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (1)

27/12/2020

Ma Peine

432914-hammershoi-le-maitre-de-la-peinture-danoise-au-musee-jacquemart-andre-2.jpg

Suis-je une âme naine,

Où coule l’ébène ?

 

Ou celle que l’on freine,

D’exprimer sa peine ?

 

Est-ce un grand blasphème

Qui roule dans mes veines ?

 

Ou la gêne pérenne

D’une gosse du seizième ?

 

Y a-t-il un domaine

Pour les phrases vaines ?

 

Y a-t-il une scène

Pour les pudeurs blêmes ?

 

Y a-t-il un Mécène

Pour les larmes saines ?

 

Y a-t-il une Arène

Pour Chagrin de traîne ?

 

Suis-je bien la même

Qui rit et qui saigne ?

 

Ne suis-je pas à même

De poser mes chaînes ?

 

Un Monde en poème

Dont je suis la Reine !

 

Mystère des Phonèmes

Qui me rendent sereine...

 

Amen

12:02 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

15/11/2020

Pagaille à Babouin Land.

babouin 333.jpeg

Un Babouin brun Style « Atatürk »,

Batifole grave dans les broussailles.

Boudant sa banane, il bifurque,

Pique des beignets en représailles.

****

Belle balade pour une bête barrée,

Bagarreuse, briguant une bataille.

Ca y est : la bestiole a brisé,

La branche basse d’un boa qui graille.

****

Barnabé, un bohémien braille :

Sa bagnole vient d’être bousillée !

Sa banquette, bordée de black skaï,

Quel béotien l’a donc brossée ?

****

D’un batracien, des notes chantées,

Berce enfin notre Babouin qui baille !

C’est la Bohème pour l’agité :

Cette bourrasque sur une botte de paille !

****

Bonne gens, vite, barricadez-vous !

Bien vu du côté de Bigorre !

Baroudeurs  ou petits voyous :

Il brisera tous vos efforts !

 

12:14 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

06/04/2020

Corona Circus...

Corona virus 33.jpg

Accroché à sa chauve-souris,

Un Corona ventripotent,

Fut expulsé d’un coup de dents,

Par un Chinois fort étourdi !

******

Coincé sous de rudes écailles,

Débusqué grâce à une fourchette,

Exprimant sa tendance « racaille »,

Corona grogne et se la pète !

******

A la vitesse de l’éclair,

La bestiole a mis au tapis,

Toute une ribambelle de mamies,

Qui auraient dû finir centenaires !

******

Dans cette histoire bien trop confuse,

On se demande si c’est une ruse :

Téléphonie ? Complot ? Labo ?

Les bridés semblent avoir « bon dos » !

******

Est-ce Pongping, roi des Guignols,

Qui nous a fourgué ce virus,

Pour vendre à nous, pauvres minus,

Masques, gants et autres bricoles ?

******

En attendant d’y voir plus clair,

Quidams de tous les pays,

Restons planqués, sans trop en faire,

En maudissant les…Chauves-souris !

 

 

19:05 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (1)

27/03/2020

Soleil Noir

 

52421444-espace-peint-à-la-main-fond-d-aquarelle-grande-arrière-plan-peinture-galaxie-abstraite-texture-cosmiq.jpg

Sous ce ciel aux teintes de « Mordor »,

Je ne joue plus.

Les rayons d’or de l’astre mort,

Ont disparu.

******

Sous cette voûte aux sombres décors,

Je ne rêve plus.

Ma Galaxie subit un sort.

Ai-je la berlue ?

******

Dans ce silence d’incertitude,

Je ne ris plus,

Happée par tant de finitude,

A mon insu.

******

Mais ce monde, qui roule, enfer,

Si méconnu,

N’a-t-il pas changé d’atmosphère,

Me laissant nue ?

******

Bien sûr : Une étoile à deux faces,

Ainsi, s’est tue !

Mais dans ce miroir, s’efface

Une inconnue…

******

Il se peut que je juge les tords,

Pas de recette…

Saurais-je avancer sans renforts,

Dans cette quête ?

******

Il se peut que je garde le Nord,

Sur ma planète. 

Saurais-je  prendre un chemin fort,

Au goût de fête ?

17:40 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

13/11/2019

J'ai des chaînes ?

Geai des chênes 44.jpg

C’est dans l’orée de ma forêt,

Qu’un Geai des chênes m’a saluée.

 

Sous le feuillage, tendre et sans âge,

A lissé sa plume bleue, très sage.

 

Puis le concert a démarré,

Me laissant coite et médusée.

 

Une symphonie ? Un one man show ?

C’est clair, il assure comme un pro !

 

Mais tout ça est-il bien réel ?

Il me le confirme d’un coup d’aile.

 

Seule spectatrice, c’est évident :

C’est à moi qu’il livre son chant !

 

Je suis l’Elue ! Il m’a choisie !

Pour offrir ce message de vie !

 

C’est dans l’orée de ma forêt,

Qu’une nouvelle âme m’a rencontrée.

11:31 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

13/06/2019

Le Secret (Comptine).

 

 

Vue d'en bas.jpg

Je l’ai trouvé, l’ai déniché,

Il se cachait sous l’oreiller.

 

C’est Le secret, c’est Le secret

Il était fort bien camouflé.

 

Dissimulé, diminué,

Filé, déniché, déchiffré.

 

Un p'tit muet, un peu bridé,

Enfoncé dans le canapé.

 

Bien engoncé et tout froissé,

Entre les plumes de mon duvet.

 

Il soupirait, il empirait,

Sous les lattes de mon sommier.

 

S’est dérobé, il s’est barré,

A mon regard, il fut soustrait.

 

Il a crissé, il a craqué,

L’escalier sous ses menus pieds.

 

Il a rampé, il s’est glissé,

Derrière l’écran de la Télé.

 

Il a ramé, a louvoyé,

Pressé de se carapater.

 

Il s’est sauvé, je l’ai chopé.

S’est envolé, fut rattrapé !

 

14:27 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

19/05/2019

Florilège

 

Coquelicots.jpg

Ces poèmes-là sont comme des roses

Ils nous rappellent les jours moroses

Ils piquent et gardent l’odeur des choses

Ils marquent les pages de nos névroses 

******

Ce poème est comme le lilas

Il nous évoque les soirs de joie

Effluves gardiennes de nos villas

C’est quand il manque que vient le froid 

******

Ces poèmes sont comme les colchiques

Grâce à leur présence mystique

Où croît notre sagesse mutique

Rien ne meurt dans ce grand cirque 

*****

Ce poème est comme le pavot

Ivre d’images, de sons, de mots

Comme une abeille au coquelicot

Emplit ses ailes de perles d’eau 

*****

Ce poème est comme le muguet

Minuscule îlot de pureté

C’est quand on l’offre que, deviné

Sa raison d’être nous apparaît

11:53 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

14/10/2018

Carapace ?

Tatou 33.jpg

Les bifaces d’Ignace n’ont plus de place dans mon espace.

Les grimaces des faces n’ont plus de trace sous ma tignasse.

Les bécasses fadasses n’ont plus de sasse vers mon impasse.

Les hommasses voraces n’ont plus un as dans mon jeu d’ jass.

Les radasses pugnaces n’ont plus de masse dans ma besace.

Les biomasses coriaces ne font plus chasse sur ma terrasse.

Les rapaces sagaces sont moins tenaces sous ma surface.

Les limaces loquaces n’ont plus de passe dans mon Palace.

Ma préface, je vous la dédicace et…je m’efface.

 

 

09:50 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

11/08/2018

Grrr...

Picasso chat jaune.jpg

C’est ainsi que tu te nommes,

P’tit fauve déguisée en nonne ?

Des éclairs dans tes cieux jaunes,

Cris muets qui laissent aphones… 

*****

La morsure est bien de mise !

Ces mots creux de la méprise,

Ces maux crus de la traîtrise,

Ces sots sourds à leur bêtise…

*****

Devant tant d’inconséquence,

Colère sourde en plan séquence,

Face à tant de manigances,

Comment feindre la différence ?

*****

A ces crétins en troupeaux,

A ces prodiges du faux,

A ces rogneux sans repos,

Tu dis Stop : ils obtempèrent !

Tu as du sang dans les artères !

*****

Quand les poules auront des dons,

Elles useront de leurs molaires,

Pour croquer, en escadrons,

Ces abrutis au derrière !!!!

 

09:03 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

17/07/2018

Audimat à Plans les ouates !

Ménates - 2018.jpg

C’t acrobate qui m’kidnappe !

Il est bat, il m’épate !

Il m’tire loin d’mes pénates :

C’est l’éclate !

@@@@

Par hasard, c’t arobate

Sur ma life, met d’l’aromate :

Il m’invite : j’deviens fat !

Il m’irrite : j’planque le cat !

(on n’est pas des diplomates…)

@@@@

On s’amuse à échec et mat !

Ou on cause tels des Mainates !

J’compose comme une lauréate !

Fais des passes comme un automate !

@@@@

« V’la les pirates qui r’tournent à leur casemate… »

Disent les primates en cravate. 

« Et v’la deux zigs un rien disparates… »

Raillent les bureaucrates en savates.

@@@@

Ben, juste une ex-playmate auvergnate et un asiate anti-phallocrate

Qui…s’dilatent la rate !

(Faut pas être ingrate...)

11:38 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

28/03/2018

Mots de Tête

Odilon_Redon_.jpg

Toutes les cymbales d’Occident

Et les violons au son grinçant

Percutent mon crâne innocent

Et le cisaillent sans ménagement

                   ******

Infatigables morsures de sang

Mes nerfs, à vif, enroulant

Cette souffrance en cerf-volant

Je suis prête à vendre le vent

                     ******

Echapper aux griffes, crier « Grâce ! »

Arracher en lambeaux cette cuirasse

Etouffer les cris, les grimaces,

Regarder ce bourreau en face

                     ******

Dans cette geôle de douleurs

J’exige du temps ses splendeurs

Pour m’éloigner de ces tourments

Et rendre mon espoir décent

                      ******

J’écris pour distiller le mal

Et qu’il n’en reste qu’une liqueur

Afin de préserver mon cœur

De cette torture des plus banales

 

21:26 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

06/11/2017

Le Voyageur

Rimbaud 33.gif

 

Elle a tout pris, vieille âme nue aux traits juvéniles.

Le meilleur et le pire de nos campagnes viles.

 

Et si toutes ces saisons aux couleurs d’ardoise,

Inspirent Le Poète, l’Eternité le toise !

 

Il avance, titube, et peut-être courbe l’échine,

En quête, "maudits breuvages", d’une source divine !

 

Il parle haut d’Orient, de Byzance et de Chine !

De quel siècle nous vient cette voix orpheline ?

 

J’ai vu son ombre bleue, glisser vers le vieux port.

C’est au loin qu’il espère, voir son rêve éclore !

 

20:45 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

26/03/2017

Les dimanches blonds.

 

 

Hammershoi44.jpg

 

Dans le caisson de ma maison, rétif à ma raison,

Un long silence de plomb nous fait baisser d'un ton.

 

Arrêt à quai des sons, cession des sensations,

Un blond cocon m’entoure, berçant ma confusion.

 

Dehors, mes trois pigeons, trop lents dans leur mission,

Observent bravement le ciel couleur citron.

 

Je vois sur mon sentier, dans une paix de saison,

Avancer une silhouette, tel un spectre sans nom.

 

Dedans, un chat, posé en rond, sur l’édredon,

Nous ensommeille au front, de son léger ronron.

 

Ritournelle sans fond, ce sont les dimanches blonds.

L’ennui est presque bon, dans ce pays de Monts.

 

 

20:08 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (1)

09/11/2015

Cet Eté...

canicule.jpg

Sous ce soleil de miel, tu te répands,

Telle une onde lumineuse sur l’azur pétrifié.

 

Sous ces néons célestes, tu te détends,

Telle une ombre éblouie, ravie, dépaysée.

 

Ici ou là, insaisissable, tu explores l’espace net,

Projeté en milliers d’éclats, brûlants et sibyllins.

 

Ici et là : métamorphose dans ce sous-bois en fête,

Éparpillé en notes dorées, échos, sur ce chemin. 

Clair cocon de soie que le vent émiette.

 

Savourer l’offrande de cette nature fraîche,

Goûter à cette joie de n’être que paillettes.

 

Aux gardiens sûrs et vénérables, imposants et hors d'âge,

Aux bras, soucieux et tendres d'une brassée de feuillages,

 

Nous te confions…

 

16:07 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (2)

01/06/2015

Bonheur.

 

Giotto saint-françois.png

Sur la route du temps, elle s’infiltre la douleur,

Avance à pas de fou et confisque les pleurs.

Rampe reptile repu dans ce sable sans fleurs, 

Il faut le débusquer, sournois et délateur.

 

                                ***********

 

Sur le chemin du vent, elle vole cette lueur,

Léger, suave secours, elle promet sa faveur. 

Il faut la savourer et calmer sa fureur !

Car le Royaume des Dieux compte sur cette candeur.

 

                                 ************

 

Sur ses sentiers de sang, elle gise la laideur.

Espoir tenace que tracent les ronces de la rancœur.

Démons changeant l’or en limon, voici c’est l’heure,

De laisser aux moineaux, goûter à ce bonheur !

09:43 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (3)

06/03/2015

En ce temps-là.

                               

Caspar-David-Friedrich 2.jpg

 

C’est le ressac qui claque sur la nuque du temps,

C’est la roche qui effiloche les épines du néant,

C’est le sort qui mord les souvenirs de sang,

C’est la glace qui efface la marche des vivants.

 

                             **********

 

 

 

Il étale sa douleur aux branches des chênes,

Il signale sa rancœur pour assouplir sa peine,

Il déballe ses peurs sans en tenir les rênes,

Il régale de ses pleurs sans une pudeur vaine.

 

                            ***********

 

Oublié la fraicheur des bois ombragés ?

Oublié la moiteur des corps désirés ?

Oublié la pâleur des espoirs fanés ?

Oublié la douceur des regards aimés ?

16:08 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (2)

21/02/2014

Do Mi Sol Do

 

chat violoncelliste 33.jpg

« Piano » me dit l’Ancêtre pro,

Un nonagénaire intello.

Il installe son magnéto,

En poussant une rengaine mélo !

                                 ********

Puis, il s’empare de son cello,

Et en moins de temps qu’il n’en faut,

Interprète une sonate en do !

Que de soin, d’allant, de brio !

                                    *********

Survient un chaton au gros dos,

Allergique aux ambiances rétro,

Qui croque, avide, son pigeonneau,

Puis hurle, tel un desperado !

                                       *********

Maestro fier de son doux morceau,

N’aimant pas qu’on le prenne en faux,

Envoie le Cats à Bamako,

Et s’attaque à un concerto !

06:31 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (2)

06/12/2013

Liber Psalmorum !

Bible de Gutenberg 2.jpg

C’est en hurlant à Belphégor :

« Aime-moi, aime-moi encore » !

Que le gandin, aux yeux du sort,

Parut plus vif qu’un Doryphore…

 

C’est en grimpant au Sémaphore,

Que le dandy vit aux aurores,

Un maroquin aux tranches d’or,

Voguant direction du Bosphore…

 

« Liber Psalmorum  à tribord » !

Ce n’était pas une métaphore…

Délaissant sa boîte de Pandore,

Il fila tel un météore !

 

18:23 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)