Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2020

Pagaille à Babouin Land.

babouin 333.jpeg

Un Babouin brun Style « Atatürk »,

Batifole grave dans les broussailles.

Boudant sa banane, il bifurque,

Pique des beignets en représailles.

****

Belle balade pour une bête barrée,

Bagarreuse, briguant une bataille.

Ca y est : la bestiole a brisé,

La branche basse d’un boa qui graille.

****

Barnabé, un bohémien braille :

Sa bagnole vient d’être bousillée !

Sa banquette, bordée de black skaï,

Quel béotien l’a donc brossée ?

****

D’un batracien, des notes chantées,

Berce enfin notre Babouin qui baille !

C’est la Bohème pour l’agité :

Cette bourrasque sur une botte de paille !

****

Bonne gens, vite, barricadez-vous !

Bien vu du côté de Bigorre !

Baroudeurs  ou petits voyous :

Il brisera tous vos efforts !

 

12:14 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

28/10/2020

Ancestry

Ancestry.jpg

09/09/2020

Jeune fille au chat

Jeune fille au chat - septembre 2020.jpg

30/04/2020

Le Lointain...

img20200430_18441113.jpg

06/04/2020

Corona Circus...

Corona virus 33.jpg

Accroché à sa chauve-souris,

Un Corona ventripotent,

Fut expulsé d’un coup de dents,

Par un Chinois fort étourdi !

******

Coincé sous de rudes écailles,

Débusqué grâce à une fourchette,

Exprimant sa tendance « racaille »,

Corona grogne et se la pète !

******

A la vitesse de l’éclair,

La bestiole a mis au tapis,

Toute une ribambelle de mamies,

Qui auraient dû finir centenaires !

******

Dans cette histoire bien trop confuse,

On se demande si c’est une ruse :

Téléphonie ? Complot ? Labo ?

Les bridés semblent avoir « bon dos » !

******

Est-ce Pongping, roi des Guignols,

Qui nous a fourgué ce virus,

Pour vendre à nous, pauvres minus,

Masques, gants et autres bricoles ?

******

En attendant d’y voir plus clair,

Quidams de tous les pays,

Restons planqués, sans trop en faire,

En maudissant les…Chauves-souris !

 

 

19:05 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (1)

05/04/2020

Sirius A

img20200405_18210012.jpg

04/04/2020

Fil Rouge

img20200404_17405731.jpg

28/03/2020

Vacances !!!!

img20200328_18520118.jpg

27/03/2020

Soleil Noir

 

52421444-espace-peint-à-la-main-fond-d-aquarelle-grande-arrière-plan-peinture-galaxie-abstraite-texture-cosmiq.jpg

Sous ce ciel aux teintes de « Mordor »,

Je ne joue plus.

Les rayons d’or de l’astre mort,

Ont disparu.

******

Sous cette voûte aux sombres décors,

Je ne rêve plus.

Ma Galaxie subit un sort.

Ai-je la berlue ?

******

Dans ce silence d’incertitude,

Je ne ris plus,

Happée par tant de finitude,

A mon insu.

******

Mais ce monde, qui roule, enfer,

Si méconnu,

N’a-t-il pas changé d’atmosphère,

Me laissant nue ?

******

Bien sûr : Une étoile à deux faces,

Ainsi, s’est tue !

Mais dans ce miroir, s’efface

Une inconnue…

******

Il se peut que je juge les tords,

Pas de recette…

Saurais-je avancer sans renforts,

Dans cette quête ?

******

Il se peut que je garde le Nord,

Sur ma planète. 

Saurais-je  prendre un chemin fort,

Au goût de fête ?

17:40 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

26/03/2020

Plume, plumes, plus me

Peinture B) mars 2020.jpg

25/03/2020

Hommage

img20200325_18553874.jpg

26/01/2020

Entre Terre et Ciel

Dessins 3333.jpg

15/12/2019

Le Vent.

Le vent - Corot.jpg

Pousse les feuilles qui se fanent,

Et déplie les jeunes âmes.

****

Qui traverse les bois,

Qui questionne notre foi.

****

Qui fit naître le temps,

Qui créa le présent.

****

Qui lit dans le passé,

Qui pousse à avancer.

****

Qui brouille nos repères,

Qui remplace les pères.

****

Miroir de l’univers,

Où scintillent nos lumières.

****

Qui trompe notre ennui,

Qui anime nos vies.

****

Qui nous pousse en dedans,

Qui nous rend omniscients.

****

Qui nous tire au-dehors,

De la nuit à l’aurore.

****

Messager du Vivant,

Prière en mouvement !

La Pomme.

 

Pomme rouge 333.jpg

La perfection dans son entier,

En cette pomme rouge à dévorer…

****

D’où vient cette envie de croquer,

D’en sentir le jus et la chair,

De m’approprier ce fuit frais,

Et d’en tirer cette joie claire ?

****

Qui m’a donc soufflé le secret,

De ce paradis camouflé ?

Est-ce la fine Eve et son Amant,

Ou Cernunnos aux belles dents ?

****

Je m’en empare sans malice,

Et sur mes babines de chat,

La pulpe coule avec délice,

Et dégouline sur mes doigts.

****

Et, en ce climat hivernal,

C’est bien enfoncée dans mon siège,

Que je découvre cette fringale,

Qui fut pour Blanche-Neige un piège…

****

Au-delà de tous ses espoirs,

Elle symbolisa le savoir,

Mais jamais ne chercha la gloire,

Ni à marquer notre mémoire.

****

La perfection en son entier,

Dans cette pomme rouge à célébrer…

13/11/2019

J'ai des chaînes ?

Geai des chênes 44.jpg

C’est dans l’orée de ma forêt,

Qu’un Geai des chênes m’a saluée.

 

Sous le feuillage, tendre et sans âge,

A lissé sa plume bleue, très sage.

 

Puis le concert a démarré,

Me laissant coite et médusée.

 

Une symphonie ? Un one man show ?

C’est clair, il assure comme un pro !

 

Mais tout ça est-il bien réel ?

Il me le confirme d’un coup d’aile.

 

Seule spectatrice, c’est évident :

C’est à moi qu’il livre son chant !

 

Je suis l’Elue ! Il m’a choisie !

Pour offrir ce message de vie !

 

C’est dans l’orée de ma forêt,

Qu’une nouvelle âme m’a rencontrée.

11:31 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

06/11/2019

Wonder Woman 2020

img20191106_11281814.jpg

Le Fil de la Vie

img20191106_11255743.jpg

03/07/2019

Bataille Rangée 2019

img20190703_21462146.jpg

13/06/2019

Le Secret (Comptine).

 

 

Vue d'en bas.jpg

Je l’ai trouvé, l’ai déniché,

Il se cachait sous l’oreiller.

 

C’est Le secret, c’est Le secret

Il était fort bien camouflé.

 

Dissimulé, diminué,

Filé, déniché, déchiffré.

 

Un p'tit muet, un peu bridé,

Enfoncé dans le canapé.

 

Bien engoncé et tout froissé,

Entre les plumes de mon duvet.

 

Il soupirait, il empirait,

Sous les lattes de mon sommier.

 

S’est dérobé, il s’est barré,

A mon regard, il fut soustrait.

 

Il a crissé, il a craqué,

L’escalier sous ses menus pieds.

 

Il a rampé, il s’est glissé,

Derrière l’écran de la Télé.

 

Il a ramé, a louvoyé,

Pressé de se carapater.

 

Il s’est sauvé, je l’ai chopé.

S’est envolé, fut rattrapé !

 

14:27 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

19/05/2019

Florilège

 

Coquelicots.jpg

Ces poèmes-là sont comme des roses

Ils nous rappellent les jours moroses

Ils piquent et gardent l’odeur des choses

Ils marquent les pages de nos névroses 

******

Ce poème est comme le lilas

Il nous évoque les soirs de joie

Effluves gardiennes de nos villas

C’est quand il manque que vient le froid 

******

Ces poèmes sont comme les colchiques

Grâce à leur présence mystique

Où croît notre sagesse mutique

Rien ne meurt dans ce grand cirque 

*****

Ce poème est comme le pavot

Ivre d’images, de sons, de mots

Comme une abeille au coquelicot

Emplit ses ailes de perles d’eau 

*****

Ce poème est comme le muguet

Minuscule îlot de pureté

C’est quand on l’offre que, deviné

Sa raison d’être nous apparaît

11:53 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)

15/05/2019

Queen

Queen.jpg

01/05/2019

Gros Temps

Paysage 1er mai 2019.jpg

27/04/2019

Deep Forest

img20190427_21342768.jpg

21/04/2019

Paradiso 2019

img20190421_12564871 BBBB.jpg

07/04/2019

Esaïe 10:25

img035.jpg

23/01/2019

The Lake

BAN 1277.jpg

19/01/2019

La Menace

BAN 1275.jpg

01/01/2019

Le Corbeau

BAN 1255.jpg

29/12/2018

Détermination

BAN 1253.jpg

14/10/2018

Carapace ?

Tatou 33.jpg

Les bifaces d’Ignace n’ont plus de place dans mon espace.

Les grimaces des faces n’ont plus de trace sous ma tignasse.

Les bécasses fadasses n’ont plus de sasse vers mon impasse.

Les hommasses voraces n’ont plus un as dans mon jeu d’ jass.

Les radasses pugnaces n’ont plus de masse dans ma besace.

Les biomasses coriaces ne font plus chasse sur ma terrasse.

Les rapaces sagaces sont moins tenaces sous ma surface.

Les limaces loquaces n’ont plus de passe dans mon Palace.

Ma préface, je vous la dédicace et…je m’efface.

 

 

09:50 Publié dans * Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)