Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/02/2006

"Deuil et dépression" de M. Klein

Melanie Klein : Deuil et dépression. Petite bibliotheque payot.

A l’instar de Freud, Mélanie Klein, génie de la psychanalyse a apporté à la science des théories originales, révolutionnaires donc dérangeantes. Elle s’est attachée à explorer la vie émotionnelle et pulsionnelle de la première enfance, mettant en évidence leur complexité. « Deuil et dépression » réunit deux textes. Le premier, fondamental, correspond à la conférence donnée au Congrès de Lucerne en 1934. Le deuxième écrit en 1940, le complète. Mélanie Klein venait de traverser un période de dépression à la suite du décès de l’un de ses fils. Cette douloureuse expérience permit à sa brillante intelligence d’élaborer puis de formuler pour la première fois sa célèbre théorie de la position dépressive : pour le nourrisson, la mère ne représente au début de sa vie que l’objet de toutes les projections bonnes ou mauvaises. La mère-sein est pour le nourrisson un objet partiel avant de devenir un objet total ; le sein, lui, est clivé en bon et mauvais, Il s’agit pour le nourrisson de dévorer le bon sein de la bonne mère en vue de dépasser la position paranoïde (persécuteurs intériorisés) et d’atteindre la position dépressive afin dans une possible identification de réparer cette image maternelle si abimée par l’agressivité innée. Les deux textes proposés vont et viennent entre le normal et le pathologique. Ils nous éclairent, soutenus par un langage cru et direct, sur l’origine du surmoi (censeur du moi). Où comment culpabilité et remords apparaissent précocement pour nous humaniser...

 

Écrire un commentaire