Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2005

"La peur de la séparation"

Daniel Bailly : La peur de la séparation. Odile Jacob.

medium_db-la_peur_dela_separation.jpg

Particulièrement touché par le cas d’une de ses patientes, l’auteur,  psychothérapeute à Marseille s’est penché sur le trouble appelé « anxiété de séparation ». Chez tous les enfants de 7 à 12 mois, la détresse  liée à la séparation d’avec la mère apparaît progressivement au cours du développement : c’est une conséquence de l’attachement et le signe d’un développement normal sur le plan affectif et cognitif. Vers 18 mois, l’enfant peut maintenir vivante l’image de sa "figure d’attachement" même en l'absence de celle-ci, ce qui favorise l’autonomisation. La peur de la séparation finit par disparaître. Malheureusement, pour 10 à 15% des enfants et adolescents, certains troubles liés à la séparation perdurent et s’accentuent : refus d’aller à l’école, peur de perdre à jamais ses proches, angoisse d’aller au lit. Dans 30 à 65% des cas, un autre trouble anxieux, au moins, est associé à « l’anxiété de séparation » : peurs excessives, forte timidité, obsessions et comportements répétitifs, dépression, hyperactivité avec déficit d’attention, conduites d’opposition et provocation. Les parents s’adressent au médecin pour entendre des mots qui donnent sens à ce qui arrive à leur enfant mais l’origine de « l’anxiété de séparation » peut être multiple : attachement primordial anxieux, tempérament, anticipation négative des évènements, mauvaise adaptabilité au stress, attitudes parentales de surprotection. Les thérapies d’inspiration analytique ou cognitives et comportementales, associées à la prise de médicaments sont proposées par l’auteur en conclusion.
 

16:05 Publié dans *Articles | Lien permanent | Commentaires (0)

"Notre corps ne ment jamais"

Alice Miller : Notre corps ne ment jamais. Flammarion.

L’auteure, psychanalyste, explore dans son nouvel ouvrage le thème des répercussions sur notre corps des émotions refoulées. La maladie est souvent la conséquence d’un conflit entre ce que nous ressentons réellement pour nos proches et ce que nous voudrions ressentir pour nous conformer à notre morale. L’origine de celle-ci  vient du quatrième commandement biblique : tu honoreras ton père et ta mère ! Mais les fonctions du corps ne réagissent qu’à des émotions vécues, non à des injonctions morales. En première partie, Alice Miller illustre sa thèse d’exemples de grands écrivains : malades chroniques, souvent morts jeunes, autrefois maltraités sans prise de conscience, ayant dépeint dans leurs œuvres des personnages proches de leurs bourreaux familiers (Dostoïevski, Tchekhov et leurs pères sévères ; Woolf et son frère abuseur ; Mishima et une difficile grand-mère ; Rimbaud et une mère glaciale ; Proust et son étouffante maman). En seconde partie, Alice Miller nous propose les cas de traitements réussis : le patient doit pouvoir se détacher de son parent maltraitant et exprimer son indignation devant ce comportement subi : ceci en présence d’un thérapeute tenant le rôle de « témoin lucide » mais jamais celui de gardien de la morale !

Dans certains cas extrêmes, la non reconnaissance par un individu de l’origine de sa souffrance première, peut engendrer un destin de dictateur impitoyable ou celui de tueur en série par un effet de déplacement d’agressivité.

En troisième partie, Alice Miller aborde le problème de l’anorexie exprimé sous la forme du journal fictif d’une patiente : elle met en avant la façon dont  le corps tire un signal d’alarme et avertit la malade de sa vérité.
Un livre court mais essentiel  pour de nombreux lecteurs !
 

 

 

15:50 Publié dans *Articles | Lien permanent | Commentaires (0)

24/09/2005

"La séparation"

«La séparation»
C. Priest

 
medium_sf.2.jpg



Des années après, des documents (journaux ; lettres ; etc.) concernant deux Anglais pendant la Seconde Guerre Mondiale refont surface : ce sont les jumeaux Sawyer ! Chacun d’eux y raconte son vécu, mais force est de constater que les contradictions (et autres étrangetés) ne manquent pas entre les deux récits…
Celui de l’un des jumeaux est proche de nos manuels. Officier de la Royal Air Force, il poursuit les bombardements sur les régions contrôlées par l’Allemagne (La guerre semble loin d’être finie en 1940-41).
Tandis que celui de l’autre jumeau en diffère radicalement. Objecteur de conscience et ambulancier pour la Croix-Rouge, il participe à la signature d’un traité de Paix entre l’Allemagne et l’Angleterre (40-41).
Mais alors, qui dit la vérité, chacun ayant l’air sincère ? Et si chacun dit la vérité, y a-t’il plusieurs réalités ? À vous de le découvrir !
Connu mondialement pour " Le Monde inverti ", ce talentueux anglais ne se lasse pas de nous surprendre.
 
  
Denoël , ISBN: 2207255778, 455 pages, CHF 44.20

18:05 Publié dans **Articles | Lien permanent | Commentaires (0)

"Le goût de la Croatie"

"Le goût de la croatie"

Collectif

medium_voyages.2.jpg
La Croatie : C’est une côte délicatement découpée plongeant dans une Adriatique transparente parsemée de nombreux îlots. C’est Dubrovnik, trésor historique et architectural et c’est aussi Zagreb encore proche de l’Autriche-Hongrie par sa physionomie.
La Croatie : C’est le rêve à la portée de toutes les bourses, c’est l’évasion garantie à distance raisonnable !
Pour tous ceux qui aimeraient prolonger l’enchantement à leur retour de vacances ou simplement découvrir ce pays à travers les yeux de grands écrivains, existe enfin un recueil de textes, comptant les prestigieuses signatures de Marguerite Yourcenar, Paul Morand, Claudio Magris, Dominique Fernandez, entre autres. 
  

Mercure de France, ISBN: 2715225482, 116 pages, CHF 9.60

17:55 Publié dans **Articles | Lien permanent | Commentaires (0)