Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/05/2008

Collectif : Hommage à Anna Politkovskaïa. Buchet-Chastel.(244 p.)

 

anna_politkovskaia 33.jpg

Il y a tout juste un an, la célèbre journaliste russe disparaissait, assassinée en bas de son immeuble : le pays le mieux « informé » du monde n'a toujours pas arrêté de coupable...

Farouchement opposée au régime en place, Anna en était devenue la bête noire. En digne héritière des plus grands dissidents, elle défendait avec virulence les minorités souffrantes et persécutées, les victimes directes ou indirectes de l'armée, luttait contre  l'amnésie locale et l'indifférence étrangère, poussait l'enquête toujours plus loin...alors qu'elle savait ce qu'elle risquait dans un pays où la « glasnost » n'était plus qu'un lointain souvenir.

De part son courage, sa détermination et son immense compassion envers ses compatriotes (elle recevait des milliers de lettres) Anna a laissé un grand vide derrière elle : ceux qui ont croisé sa route lui rendent aujourd'hui un magnifique hommage en nous  permettant de côtoyer l'âme vibrante d'une femme hors du commun : une vingtaine de textes où l'on retrouve entre-autre les signatures d'André Glucksmann, Bernard-Henri Lévy ou Jorge Semprun.

Anna écrivait pour que son pays se souvienne « des petites horreurs au quotidien » car disait-elle souvent : « En Russie l'être humain n'est rien, il n'est que la poussière sous les bottes de l'Etat. »

 

Écrire un commentaire