Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2011

Le premier vers

Zao-Wou-Ki_22.jpg

 

Au milieu d’un lac noir, mon île incertaine,

Qu’une brume nocturne escamote à vos yeux,

Portait en son sein roide, les humeurs et les haines,

D’un monde disparu, percé de mille pieux…

 

*******

 

J’ai ourdi des complots mais le temps assagit,

L’art de l’a propos et les requêtes indignes,

Et s’ils fendent les flots que le destin m’assigne,

Les mots des poètes roulent sur ma grève obscurcie…

 

******* 

 

Inquiétée, je me rends au chevet de mon art,

Et je vois, dans la place, l’ombre de maints hasards,

Qui de vous pourrait croire où mon vers se cachait,

Au fond d’un labyrinthe, à son fil attaché…

 

07:31 Publié dans *Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0)